08/02/2018 Cartoon animal porn porn movies 0

sexe toy sexe avec scenario

...

Relations sexuelles avec chien sexe caméra cachée


sexe toy sexe avec scenario

...

Que ce soit celui qui fouillait son sexe, celui qui caressait sa cuisse ou celui qui s'était emparé de sa poitrine, Hermione remarqua que les hommes agissaient avec rudesse. Mais comment pouvait-il en être autrement?

Elle se fit la réflexion d'être une gazelle perdue qui se serait approchée du territoire d'un groupe de lions. Forcément, la gazelle se faisait croquer sans que les lions ne se posent de questions. Une ombre s'interposa entre elle et le film. Le spectateur qui se trouvait devant elle venait de se retourner à genoux sur son siège pour lui faire face. La lumière réfléchie par l'écran nimbait le personnage d'un halo blanc mais le contre jour rendait indécelable le moindre de ses traits.

Toutefois, le mouvement vif de son bras ne laissait aucun doute au fait que l'inconnu se masturbait vigoureusement, préférant au film le spectacle en chair et en os. Hermione fit glisser ses pieds hors de ses pantoufles et se renfonça un peu dans son fauteuil pour faire passer ses jambes au dessus du dossier.

L'homme cessa de se caresser pour laisser les orteils de la jeune fille prendre la place de sa main. Le spectateur qui caressait sa cuisse s'interrompit pendant qu'Hermione se repositionnait. Il ne manqua apparemment pas de s'apercevoir qu'ainsi, la jeune gryffondor offrait de nouvelles possibilités. Il posa sa main sur l'arrière de la cuisse et descendit doucement vers la petite fesse ronde qu'il savoura un instant.

Tout en malaxant la chair ferme avec rudesse, il s'approcha du petit anneau nouvellement apparu pour y fourrer deux doigts sans plus de délicatesse. Hermione tressaillit un peu sous l'intrusion mais elle n'eut pas le temps d'y penser plus avant car un membre viril vint se frotter contre sa joue.

Le spectateur de derrière espérait apparemment faire connaissance avec les lèvres appétissantes de la jeune fille et celle-ci tourna docilement la tête pour prendre le pieu de chair en bouche. Les mains de l'homme quittèrent alors sa poitrine pour s'emparer de sa tête et l'immobiliser. Il avait l'intention d'aller et venir entre les lèvres de la jeune fille à son rythme sans que celle-ci aie son mot à dire.

Elle se contenta donc de caresser de sa langue le membre mouvant dans sa bouche. Pendant ce temps, les deux hommes sur ses côtés s'étaient à leur tour emparés de la jeune poitrine de leurs mains libres. Ils abaissèrent la nuisette juste assez pour faire apparaitre les petits seins fermes et soyeux dont leurs bouches se délectèrent aussitôt.

La jeune fille n'avait plus beaucoup de marge de manoeuvre. Elle avait l'impression d'être utilisée comme une poupée. Et elle trouvait cela étrangement confortable de n'avoir rien à faire et de laisser les autres décider de tout.

Elle s'abandonna donc aux désirs des hommes, curieuse de voir ce qui arriverait. Qu'ils aient senti les dernières résistances de la jeune fille tomber, ou bien qu'ils se soient soudainement décidés tous ensemble sans rien dire, les spectateurs s'arrêtèrent tous leurs divers mouvements à l'encontre de leur jeune partenaire et la firent se lever.

Les mains la débarrassèrent vivement de sa nuisette et de sa petite culotte. Aussitôt qu'elle fut complètement nue, les hommes la mirent à genoux sur son siège.

Elle se retrouva face au membre de l'inconnu qu'elle avait caressé de ses pieds. Celui-ci s'enfourna avec rudesse dans la petite bouche docile mais il laissait la belle aller et venir sur tout le long de son manche.

Les autres n'étaient pas en reste. Hermione sentit celui qu'elle avait sucé auparavant passer par dessus le dossier du siège pour caresser son joli petit cul tandis que les deux autres avaient à nouveau guidé ses mains sur leurs pieux de chair respectifs. Pendant qu'elle s'emparait à nouveau des deux mats toujours aussi durs et qu'elle reprit ses caresses, l'homme derrière elle écarta ses petites fesses rondes pour que son gland se fraie un passage jusque sur son anus.

Là, il se pressa tout contre, entrant en elle avec lenteur, non qu'il n'était pas empressé, mais parce que la demoiselle n'était pas dans une position facilitant l'insertion.

Pendant ce temps, les deux autres caressaient fougueusement la jeune poitrine de la belle et avait chacun inséré deux doigts dans son intimité. Enfin, l'inconnu entra pleinement dans le petit derrière et se mit à donner de vigoureux coups de boutoirs. Hermione n'y avait pas gagné beaucoup de liberté d'action mais elle essayait de faire au mieux.

Elle utilisait le peu d'élan qu'elle pouvait se permettre pour ruer aussi fort que possible sur le membre fiché dans son anneau secret. Ce même élan lui permettait d'aller et venir furieusement sur le savoureux pénis qui coulissait entre ses lèvres et cette vigueur bénéficiait également à la masturbation frénétique de ses voisins.

L'adolescente poussait des râles de plaisirs étouffés tandis que les mains tentaient de lui faire encore augmenter la cadence. Hermione ne se souvenait pas d'avoir jamais senti un désir aussi brulant dans ses entrailles. Le premier à abdiquer fut celui de derrière. Sans faire cesser les mouvements frénétiques de la jeune fille sur son membre, il se répandit dans le dos de la demoiselle. Au moment où il se retirait, ce fut au tour de l'homme qui était devant. Contrairement à son prédécesseur, il immobilisa sa partenaire et se ficha dans sa bouche jusqu'à la garde où il laissa sa semence envahit la gorge d'Hermione.

Celle-ci dut presque se débattre pour qu'il la lâche enfin et puisse à nouveau respirer. Elle n'eut le temps de prendre qu'une gorgée d'air que son voisin de droite la prit par les hanches et la souleva sans difficulté. Il la ramena à lui et l'abaissa sur son mat sans autre considération. La jeune fille poussa un hoquet de surprise lorsqu'il pénétra son abricot juteux mais elle se mit aussitôt à monter et descendre le long du membre vigoureux.

Son nouvel amant s'empara de ses petits seins et les malaxa rudement. Le dernier homme s'approcha à son tour et se positionna devant la jeune adolescente. Il ramena tous les cheveux de celle-ci sur sa nuque afin de pouvoir les tenir d'une seule main et lui permettre de manipuler la tête d'Hermione comme celle d'une simple marionnette. Il la fit pencher en avant et entra entre les lèvres déjà ouvertes. Après le traitement qu'elle avait subit, la belle ne fut plus longue à crier son plaisir.

Elle sentit son corps vibrer sous la jouissance et s'arrêta pour mieux profiter de ses sens. Mais les hommes n'en avaient pas encore terminé avec elle et ils la forcèrent à reprendre aussitôt ses allées et venues. L'inconnue qui lui faisait face quitta sa bouche pour poser sa virilité entre les deux petits seins. Avec toute la docilité attendue, Hermione les pressa l'un contre l'autre et fit coulisser le membre sur sa peau satinée.

Sa poitrine contenait à peine le mat vigoureux. L'homme ne s'y était de toute façon installé que pour parachever sa jouissance et il recouvrit la gorge de la jeune fille de son nectar. Le dernier spectateur la tenait par sa taille fine et imposait ainsi à l'adolescente un rythme soutenu sur son pieu de chair. Lorsqu'il appuya sur ses hanches pour la faire stopper, fiché au plus profond d'elle, Hermione savait qu'il en avait également terminé.

Elle sentit une chaude rivière se répandre dans son ventre. Sans plus de considération que pendant l'acte, l'homme la souleva et la réinstalla sur son siège. Rassasiée, ses sens enfin apaisés, la jeune fille n'en avait que faire. Son dernier souci était de se lancer un sort de prévention et elle chercha sa nuisette à tâtons sur le sol pour récupérer sa baguette. Puis elle eut une révélation. Sa nuisette n'ayant pas de poche, elle n'avait pas pu prendre sa baguette magique. L'horreur s'insinua en elle.

Hermione se rendit compte qu'elle venait d'avoir des rapports avec quatre inconnus sans avoir un quelconque moyen de contraception, et pire, aucun moyen de se prémunir contre une quelconque maladie sexuellement transmissible. L'adolescente commença à paniquer.

Bien qu'elle savait que cela ne menait à rien, elle retourna sa nuisette dans tous les sens, se disant intérieurement qu'elle n'avait pas pu être aussi stupide.

Mais il fallait se rendre à l'évidence, elle ne savait déjà pas comment elle était arrivée ici, elle n'avait donc pas choisit ce qu'elle emmènerait avec elle.

Hermione sentit les larmes lui venir. Elle devait partir d'ici, vite, et retourner au terrier pour retrouver sa baguette en espérant qu'il ne serait pas trop tard pour lancer le sort. Ce qui n'aurait su être le cas.

Elle chercha la sortie des yeux mais fut à nouveau horrifiée. Tout autour d'elle se tenaient des ombres. Les autres spectateurs de la salle s'étaient rassemblés et lui bloquaient tout accès. Ils n'avaient apparemment aucune envie qu'elle s'en aille. La jeune fille tenta le tout pour le tout et fonça tête baissée, essayant d'écarter les inconnus de sa route avec toutes les forces qui lui restaient. Mais sa tentative était vouée à l'échec et de nombreuses mains s'emparèrent d'abord de ses bras et de ses jambes avant d'immobiliser tout son corps.

Elle tentait encore de se débattre avec l'énergie du désespoir mais on la maintenait fermement. Une voix retentit dans la salle. Elle semblait provenir de l'écran. L'adolescente jeta rapidement un regard dessus. Il était totalement blanc et dégagé une lumière aveuglante. Hermione entendit un vague sifflement puis la lumière envahit la pièce toute entière, chassant les ombres.

Puis elle régressa et un visage plein de taches de rousseur et surmonté de cheveux roux l'observait. Pendant un instant, elle voulut répondre non. Puis elle reconnut Georges et lui sauta au cou. Il faut qu'on trouve un moyen de le faire arrêter avant que ça n'aille trop loin. Comme tu l'as apparemment remarqué, il nous reste quelques finitions. Tu as de la chance que maman nous ait ordonné de venir récupérer nos téléscopes avant que d'autres personnes se blessent.

Nous sommes les seuls à connaître la formule pour arrêter les rêves préfabriqués. Hermione n'était pas très sincère en disant cela. Bien sûr, quelque part, elle ressentait un peu de culpabilité et de honte d'avoir emporté l'article sans permission, mais cela était noyé par un intense sentiment de soulagement.

Elle avait eu vraiment peur. Elle en tremblait même un peu mais maintenant, elle sentait son corps se réchauffer peu à peu. Mais tout le monde voulait te laisser dormir. On s'est donc dit que tu avais peut être fait une erreur et on a voulu vérifier en prétextant aller voir nos vieilles affaires. On a eu un peu peur et on est entré. Mais en fait tu La jeune fille sentit le rouge lui monter aux joues. En même temps, la chaleur de son corps monta d'un cran. Elle se rendit compte en un instant qu'elle était à moitié nue devant deux garçons, tenant toujours fermement l'un d'eux contre elle, qui l'avaient surpris en plein rêve érotique.

Fred avait été gêné de raconter leur entrée mais il continua son histoire. Mais on a finit par trouver cette boite là. Hermione s'imagina un instant les deux frères faisant des fouilles dans un silence gêné à côté d'une fille en pleine extase. Dans ses bras, Georges ne faisait plus le moindre mouvement et n'avait plus prononcer le moindre mot depuis un certain temps.

La chaleur qu'elle ressentait s'installa obstinément dan son ventre et, inconsciemment, elle resserra son étreinte. On a tout de suite compris que ton rêve virait au cauchemar. Tu te serais bien réveillée toute seule à un moment mais on avait peur que tu finisses par te faire mal. On a d'abord essayé de te réveiller en douceur mais rien n'y a fait. Alors j'ai lancé le sort de réveil. Hermione détendit ses bras autour de Georges qui sembla respirer de nouveau. L'adolescente se pencha sur Georges et l'embrassa fougueusement.

Surpris, celui-ci ne répondit pas tout de suite. Mais votre produit embrouille aussi l'esprit. Mais jusqu'à présent tout les tests montrent que, quelque soit la façon dont on est éveillé, on reprend ses esprits aussitôt. En plus on a vécu assez longtemps tous les trois à Poudlard pour que vous sachiez que je suis toujours franche dans ces cas-là. Hermione se pencha à nouveau sur Georges qui, convaincu cette fois-ci, répondit aussitôt à son baiser. Fred vérifia que la porte était bien fermée avant d'aller s'assoir derrière la jeune fille.

Tandis que les deux frères la caressait avec douceur, ce qu'elle appréciait après la rudesse de son rêve, elle se mit à masser sans vergogne les bosses qui se formaient sous les pantalons des jumeaux. Puis, tandis qu'elle échangeait des baisers avec l'un et l'autre, elle ouvrit les braguettes et fit sortir les deux tiges bien dures qu'elle masturba lentement.

Fred avait glissé l'une de ses mains dans le corsage de la belle et savourait la tendresse de sa jeune poitrine en posant de petits baisers sur sa nuque et ses épaules soyeuses. Georges avait faufilé sa main sous les couvertures pour parcourir la douceur de ses cuisses.

Il se rapprochait peu à peu de l'intimité de l'adolescente et finit par retirer la petite culotte qui le gênait dans ses ambitions. Lorsqu'il commença à agacer le bouton d'amour, la jeune fille poussa un petit cri. Elle rejeta les couvertures et se leva brusquement, laissant les deux garçons avec un grand désarrois. Hermione s'approcha de la chaise sur laquelle elle avait posé ses affaires de la veille et tâta la poche de son jeans. La baguette magique était bien là.

Rassurée, elle se tourna vers les jumeaux. Elle éclata de rire en voyant leur air dépité, leurs membres à l'air. Puis elle fit doucement glisser les fines bretelles de sa nuisette sur ses épaules et celle-ci se retrouva à terre. L'adolescente retourna vers le lit et positionna son corps gracile face aux deux frères.

Ceux-ci, rassurés à leur tour, s'avancèrent légèrement, juste assez pour que leurs langues viennent savourer le doux coquillage de la belle. Devant le double intérêt que l'on portait à son intimité, Hermione sentit la chaleur de son ventre la bruler jusqu'à la gorge.

Elle frémissait tandis que les jumeaux, tour à tour, exploraient les profondeurs de son sexe ou malaxaient son bouton d'amour entre leurs lèvres. La jeune fille dut s'accrocher aux épaules de ses fougueux partenaires pour ne pas défaillir.

Georges laissa son frère seul face au plus précieux trésor de la douce et fit remonter sa langue le long du ventre pour aller glisser sur la délicieuse poitrine. Il s'y attarda un peu, mais se leva complètement pour aller goûter à nouveau les lèvres d'Hermione. Puis l'adolescente quitta les lèvres du garçon et s'agenouilla au sol, face à Fred. Elle sentit Georges passer derrière elle et s'agenouiller également tandis qu'elle s'emparait du membre de son frère pour le masturber tout en couvrant le gland des caresses de sa langue.

Des mains se posèrent sur ses petites fesses et jouèrent un peu avec, appréciant l'élasticité de la peau ainsi que sa grande douceur. Georges s'empara de ses hanches de la belle et présenta son membre devant l'intimité impatiente qu'il caressa un peu de son extrémité sensible avant d'y pénétrer enfin. Hermione poussa un gémissement de satisfaction alors que le garçon entamait ses coups de boutoirs. Avec un petit regard coquin pour Fred, elle descendit sa langue sur les bourses de ce dernier en augmentant la cadence de ses caresses sur son pieu de chair.

La jeune fille commençait à sentir son désir devenir plaisir. Elle se mit à aller au devant du membre qui allait et venait dans son ventre et elle fit bénéficier le second de ces mouvements en le prenant en bouche.

La formule dure un rien trop longtemps. Hermione n'écoutait la conversation que d'une oreille. Elle était ouverte à tout, de toute façon.

Aussi elle n'eut aucune appréhension lorsque George se ficha complètement en elle et entoura sa taille fine de ses bras.

Tandis que Fred se dégageait de sa bouche savoureuse, la jeune fille se sentit soulevée et partir en arrière. Elle se retrouva assise sur Georges le pieu de chair toujours profondément ancré dans son intimité qui était lui-même assis sur le lit de Ginny.

Georges s'allongea en travers du matelas et attira le dos de l'adolescente contre son torse. Elle comprit ce qui arrivait lorsque Fred se pencha face à elle. Les doigts des garçons jouèrent sur l'élasticité de ses lèvres intimes pour que le second membre vienne rejoindre son jumeau dans le sanctuaire des sanctuaires. Herimone enserra les hanches de Fred avec ses jambes pour offrir une meilleur position mais elle grimaça néanmoins lorsqu'il se pressa contre la place déjà occupée.

Avec dextérité, et probablement une certaine expérience de la chose, les frères réussirent à se retrouver tous les deux dans le ventre de leur partenaire. Le premier choc passé, Hermione sentit le plaisir revenir à grands pas. Tandis que Fred commençait des vas et viens en douceur, elle se mit à onduler des hanches. Le trio s'enfiévra rapidement à nouveau.

L'adolescente crut devenir folle de plaisir, partagée entre la tendresse des caresses de Georges et la fougue de Fred. Elle haletait en se retenant à grande peine de crier son extase.

Fred donna un dernier coup de rein avant de se libérer dans le ventre de leur amante. Il s'écroula ensuite sur le côté, laissant les deux autres finirent tranquillement. Hermione se redressa et se retrouva à chevaucher Georges qui admirait le parfait petit cul de la belle monter et descendre sur son pieu de chair. La jeune fille n'eut pas à se démener longtemps. Son partenaire grogna et libéra un flot chaud et épais dans son intimité. Elle sentit la jouissance s'emparer de son corps et prit sur elle pour ne pas l'exprimer bruyamment.

Puis elle se laissa tomber à son tour sur le matelas. Les garçons l'embrassèrent et la caressèrent tendrement pendant que chacun reprenait son souffle, puis Georges fit remarquer que Ginny était peut être patiente mais qu'elle finirait tôt ou tard par monter pour voir si tout allait bien.

Les trois jeunes gens se levèrent donc et s'habillèrent. Hermione n'oublia pas de se jeter un sort de prévention puis ils quittèrent la chambre. Les jumeaux montèrent chercher leur matériel tandis que l'adolescente descendait à la cuisine. Tu étais bien fatiguée apparemment. La petite rousse se trouvait dans un fauteuil et lisait tranquillement.

Je crois que je ne me dépense pas assez ces jours-ci, je vais me coucher sans être vraiment fatiguée. Je pense aller faire une longue promenade cet après-midi. Mrs Weasley lui apporta une tasse de thé d'un air bienveillant avant d'aller retourner éplucher quelques légumes. Ginny posa son livre et vint s'assoir à côté de son amie. Je connais de belles balades dans la campagne alentour, je peux te montrer.

Sauf si tu préfères être seule, je comprendrai. Hermione but une gorgée de thé puis s'approcha de l'oreille de la petite rousse pour lui parler à voix basse. Ginny ne comprenait pas pourquoi son amie prenait un ton si prudent mais elle lui répondit de même.

S'enquit la jeune Weasley. Tu sais on a probablement ici une potion qui pourrait t'aider, tu n'as qu'à me dire. Hermione s'assura bien que personne n'écoutait avant de répondre. Ginny fit une tête étonnée. Elle savait à peu près ce qu'était des préservatifs, et elle savait surtout que dans le monde des sorciers, ils étaient inutiles.

J'ai pensé récemment que l'on était jamais assez prudent. Tu viens avec moi Ginny? La petite rousse resta perplexe un instant. Puis elle lui sourit et acquiesça avant de se lever à son tour.

Les deux jeunes filles sortirent de la maison et prirent le chemin vers le village avec empressement. Une aventure sexuelle de Harry Potter en deuxième année. Avec reconnaissance, Hermione offrait son corps nu aux ardents rayons du soleil. Elle n'avait envie de rien d'autre que de rester là, toute l'après-midi, sur la terrasse près de la piscine, derrière la superbe villa que ses parents avaient loué pour leurs vacances en France. Elle se sentait totalement libre. Personne ne pouvait la voir d'ici.

La villa était à flanc de montagne et l'arrière était une pente abrupte pleine de buissons, probablement épineux de surcroit, où il était impossible de marcher. La maison cachait la vue à quiconque se trouverait devant, dans la rue. Quant aux voisins sur les côtés, chaque habitation étaient séparées par plusieurs grands panneaux de bois carrées de presque trois mètres.

Sur certains poussaient du lierre, pour faire plus beau. Tout cela faisait que Hermione s'était installée sur un transat sans prendre la peine d'enfiler un maillot de bain. Ses parents n'auraient pas appréciés.

Ils auraient trouvé à redire sur le fait qu'avoir un bronzage intégral ne servait à rien pour quelqu'un de si jeune. Sous entendu, pour quelqu'un qui n'était pas censé le dévoiler entièrement. Mais ses parents ignoraient tout des moeurs qui avaient lieu à Poudlard.

Et Hermione se gardait bien de les en avertir. Cet après-midi, ils étaient de sortie pour visiter un musée. En temps normal, Hermione se serait précipitée avec eux. Mais le fait est que la jeune fille s'était beaucoup dépensée durant le début de ses vacances.

Avoir été pétrifiée par le basilic pendant un long moment lui avait fait réaliser à quel point elle était chanceuse de pouvoir bouger à nouveau normalement.

Et elle en avait profité. Elle avait tout essayé avec enthousiasme, que ce soit en visites, en randonnées, en baignades et elle avait même pratiqué plusieurs sports, ce qui n'était pas tellement dans ses habitudes. Seulement, à un moment, il faut aussi prendre du repos. Les vacances se finiraient bientôt et Hermione était épuisée. Elle ne voulait pas revenir à Poudlard les yeux cernés et elle avait décidé de prendre l'après-midi pour se reposer.

Ses parents l'avaient vu se dépenser plus qu'à l'accoutumée et avaient acceptés de la laisser seule à la villa. Sa mère avait quand même regretté qu'elle allait rester là alors qu'elle n'avait pas essayé de se faire de nouveaux amis malgré le fait qu'elle parlait un bon français. Mine de rien, Hermione aussi le regrettait un peu. Depuis deux ans maintenant qu'elle était à Poudlard, elle commençait à se familiariser avec le concept d'amitié.

Evidemment, le libertinage officieux qui avait cours à l'école de magie aidait à se rapprocher des gens. Mais ses vrais amis, Harry et Ron, commençaient à lui manquer vraiment.

La jeune fille avait, comme à son habitude, emmener un livre avec elle. Mais celui-ci était ennuyeux et elle en avait abandonner la lecture bien vite. Elle ferma les yeux, abandonnant son corps au soleil, et laissa ses pensées dériver d'elles-mêmes vers ses deux amis. Ils en avaient vécu des aventures entre la pierre philosophale et l'héritier de Serpentard, mais les souvenirs qu'elle préférait se rappeler étaient ceux qui se déroulaient dans l'intimité.

Comme la fois où elle était revenue des douches et s'était bêtement trompé d'escalier tandis qu'elle repassait dans sa tête le dernier cours, assez compliqué, du professeur McGonagalla.

La tête qu'avaient fait Harry et Ron lorsqu'elle avait débarquée presque nue dans leur chambre, comme si c'était la sienne. Elle s'était sentie tellement honteuse. Heureusement que les garçons ont vite su la mettre à l'aise, même après l'avoir débarrasser de sa seule serviette. Elle revoyait les mains de ses amis parcourir lentement chaque centimètre de sa peau toute fraiche.

Celles de Ron, qui lui faisait face, s'étaient arrêtées sur sa jeune poitrine. Celles de Harry, qui était dans son dos, s'étaient arrêtées sur les douces courbures de ses fesses. Hermione poussa un petit gémissement sur son transat. Quel dommage qu'ils ne soient pas là.

Comme cela aurait été merveilleux de passer ces vacances en France ensemble. En attendant, il fallait bien les remplacer. La jeune fille glissa une main jusqu'à l'un de ses seins qu'elle se mit à masser doucement, se rappelant que les caresses de Ron étaient plus naïves, un peu moins tendre, tout en restant très agréables.

Elle se souvint du moment où les mains de Harry avaient lentement contourné ses hanches et s'étaient délicatement posées sur son intimité pour agacer son bouton d'amour. La seconde main d'Hermione descendit le long de son ventre pour imiter son souvenir. Harry aussi manquait un peu de finesse dans ses caresses.

Les deux garçons avaient toujours été très attentionnés envers elle mais ils manquaient encore un peu d'expérience. Sans nul doute, Poudlard remédierai à cela au fil du temps. La jeune fille poussa un gémissement d'aise sous ses caresses. Elle se sentait, en ce moment, un peu trop seule. Hermione sursauta comme jamais auparavant et rouvrit vivement les yeux.

Une jeune fille blonde en short et débardeur se tenait devant elle, un petit sourire aux lèvres et le rouge aux joues. Hermione se cacha les seins et le sexe du mieux qu'elle pouvait avec ses bras, honteuse. Ils s'écartent tu vois, et on peut passer entre. Hermione contourna des yeux la silhouette de Carole et vit en effet que l'un des panneaux avait été déplacé.

En reportant son regard sur la fille, elle s'aperçut qu'elle n'était pas beaucoup plus âgé qu'elle. Peut être deux ou trois ans de plus. J'ai vu que tes parents étaient partis et j'ai pensé que tu devais être seule. Alors je me suis dit qu'on pourrait en profiter pour mieux se connaître, depuis le temps qu'on est voisin, on ne s'est même pas parlé une fois, et je voulais t'inviter à venir essayer notre piscine.

Carole avait bien dû voir ce qu'elle faisait mais elle ne semblait pas se moquer d'elle. Son invitation avait l'air sincère. La petite brune décida d'accepter. Donne-moi juste cinq minutes que j'aille chercher un maillot de bain. Il n'y a personne chez moi non plus. Et j'avais aussi envie de parfaire mon bronzage. Pour appuyer ses dires, la blonde enleva son débardeur et révéla deux beaux seins fermes. Si cette fille qui vivait dans le sud de la France toute l'année n'avait pas un bronzage parfait, alors personne n'en aurait jamais.

Carole semblait avoir une autre idée en tête que la baignade. Et actuellement, cela ne déplaisait pas du tout à la petite brune, surtout que la voisine était particulièrement jolie. Hermione se leva et la jeune française lui prit la main d'un air ravi. Elle guida sa nouvelle amie jusqu'aux panneaux entrouverts. La piscine de la famille de Carole était plus grande, tout comme l'était la maison.

Il y avait même un petit pavillon pour la piscine dont l'un des murs extérieurs était garni d'une douche. C'est vers cet endroit que se dirigea Carole, tenant toujours Hermione par la main. Tu devrais te doucher avant d'aller dans l'eau pour éviter l'hydrocution. Elle trouvait les attentions de Carole adorables. Ma mère m'a bien appris le français, pas de problème. La petite brune alla sous le pommeau de douche et fit couler l'eau.

Elle frissonna en sentant le froid se répandre sur tout son corps. Dire qu'elle s'était jeté exprès un sort pour éviter les inconvénients de l'eau froide et des coups de soleil. Maintenant, elle devait faire comme une moldue normale.

Hermione jeta un oeil sur Carole qui enlevait son short et qui, comme par hasard ne cachait pas non plus le moindre sous-vêtement.

La jeune française était vraiment très belle. Et il faudrait plus qu'une douche froide à la petite anglaise pour lui enlever les pensées qui naquirent à cet instant dans son esprit. Carole rejoignit Hermione sous l'eau et frissonna à son tour. La petite brune ne saurait probablement jamais si, à cet instant, la hanche de la blonde s'était collée à elle par réflexe ou par envie. Toujours est-il qu'elle ne la repoussa pas. Demanda Carole sur le ton de la conversation. Et toi tu as quel âge?

Jugeant qu'elles étaient assez mouillées et rafraichies pour aller se baigner, Carole arrêta la douche puis elle sauta dans la piscine et Hermione la suivit sans tarder. Comment tu trouves la France? Et très intéressant surtout. Fit Carole avec un sourire malicieux.

Mais je n'ai pas eu l'occasion d'en connaître. La petite brune observa sa nouvelle amie un instant. Carole avait un peu bombé le torse en posant la question et ses joues avaient reprises un teint rose. Elle trouvait cette attitude irrésistible. Mais je préfère de loin celle que je suis en train de regarder.

La jeune française eut un sourire lumineux. Elle se rapprocha doucement d'Hermione. Mais je vais y réfléchir sérieusement si toutes les anglaises sont aussi jolies que toi. Carole repoussa d'une main une mèche de cheveux mouillés de la joue de sa nouvelle amie. Elle en profita pour caresser la chevelure brune, pour une fois raide sous le poids de l'eau.

Hermione s'était attendue à ce que la française finisse par faire allusion à son jeu solitaire. Des amis, très proches. La petite brune regardait la française droit dans ses jolis yeux bleus. Elle ne fit que sentir une main se poser sur sa hanche et caresser doucement son flanc. Hermione passa sa main sur la nuque de la blonde et amena les lèvres attirantes de cette dernière à se poser sur les siennes. La française répondit au baiser avec passion. Hermione eut la fugitive pensée, tout à fait incongrue sur l'instant, que lorsqu'on ne s'en sert pas pour parler, les langues peuvent finalement abattre toutes les barrières.

Elle s'invectiva mentalement de penser des choses pareilles alors qu'elle avait une personne contre elle qui méritait toute son attention. Carole, elle, ne semblait pas plus se soucier de la barrière des langues que de sa première chemise.

La main avec laquelle elle avait caresser la hanche de la petite anglaise s'était d'abord déplacée dans son dos pour savourer la douceur de sa peau, puis était peu à peu descendue sur ses jeunes rondeurs arrières. Les doigts qui avaient caressé ses cheveux s'appliquaient maintenant à un tendre massage de son sein.

Hermione savourait les fines caresses de la française. Elle attrapa sa nouvelle amie par la taille et remonta lentement ses mains jusqu'à la poitrine ferme de la blonde qu'elle se mit à caresser. Leurs lèvres se séparèrent. La langue de Carole avait envie de découvrir d'autres territoires. Elle laissa son regard tomber sur les deux mignons petits seins qu'elle découvrait de ses doigts.

Bien qu'elle n'ait pas de grosses mains, la française pouvait facilement les recouvrirent tout entier. La lumière ardente du soleil dansait sur l'humidité de la peau, donnant l'impression qu'elle contemplait deux savoureuses petites pommes d'or. Elle y gouta avec passion. Dans le même temps, la main qui caressait les fesses d'Hermione descendit le long de la cuisse puis remonta lentement vers le côté face pour aller agacer le bouton d'amour de son amante.

La petite brune ne pouvait résister à tant de sensations agréables. Elle se cambra vers l'arrière, lâchant à regret les seins de Carole pour s'agripper au bord de la piscine et rester à bonne hauteur. La française jugea que cette position ne devait pas être très agréable pour Hermione, en particulier pour son dos.

Sans cesser de dévorer les seins de la petite brune, elle lui agrippa les cuisses et la remonta pour poser ses fesses sur le bord de la piscine. La tête de Carole était maintenant face au ventre d'Hermione et sa langue s'en alla visiter le mignon petit nombril ce qui fit pousser un gloussement à la jeune anglaise.

Mais la blonde ne voulait pas s'arrêter là et descendit lentement vers un autre interstice autrement plus intéressant. Carole avait à peine recommencé à jouer avec son intimité qu'Hermione ne pouvait déjà plus empêcher de petits cris de jouissances de franchir ses lèvres.

Elle se laissa aller en arrière et s'allongea sur le dos, savourant à la fois Carole et les rayons du soleil. La petite brune ne fut pas longue à être gagnée par le plaisir et le fit savoir par un petit cri. La française se hissa alors sur le bord de la piscine et glissa sur sa partenaire pour venir l'embrasser.

Puis Carole se releva et aida la belle anglaise à faire de même. Elles allèrent toutes les deux s'allonger sur un grand transat matelassé où elles s'enlacèrent tendrement en attendant de sécher.

La blonde fouilla un instant dans un sac, posé juste à côté et en sortit un tube de crème solaire. Tu veux bien m'en mettre dans le dos? Hermione lui sourit en s'emparant du tube et se mit à genoux au dessus de la française qui, elle, s'allongea confortablement sur le ventre. La petite brune fit couler un peu de crème au creux des reins de Carole qui en frissonna. Puis les petites mains se mirent au travail pour l'étaler sur tout le dos.

Hermione prenait beaucoup de plaisir à masser sa nouvelle amie, notamment lorsqu'elle passa la crème sur les flancs de la blonde et qu'elle effleurait les seins de cette dernière.

Mais une fois le dos bien protégé, il fallait passer à la suite. Hermione fit couler la crème le long des jambes fuselées de Carole, lui arrachant d'autres frissons au contact du froid. La petite anglaise commença par lui masser les chevilles, remontant lentement jusqu'aux genoux et s'attarda franchement sur les délicieuses cuisses de son amante. Mais ce ne fut encore rien comparé à la minutie qu'elle mit dans le massage du petit derrière de la française.

Si jamais Carole devait attraper un coup de soleil à cet endroit, ce serait par magie et pas autrement. Puis les doigts d'Hermione glissèrent tout naturellement entre les cuisses entrouvertes de sa compagne.

Tout aussi naturellement, Carole ré-haussa légèrement le bassin lorsqu'ils s'insinuèrent lentement dans son intimité. La petite anglaise se pencha alors et laissa courir sa langue autour du petit anneau qui venait ainsi de se révéler, avant de l'investir en douceur.

La jeune française gémissait sans retenue et ses mains s'accrochèrent en transat tandis que son corps ondulait au rythme des délicieuses caresses de son amante. Hermione fit appel à tout ce qu'elle avait appris en secret à Poudlard pour satisfaire Carole et la jeune blonde ne mit pas longtemps pour, à son tour, laisser échapper un râle de jouissance. La française se retourna et attira sa douce contre elle pour lui prodiguer un long baiser passionné.

Tout en savourant leurs langues, les filles laissaient leurs mains cajoleuses parcourir le corps de l'autre. Je vais te faire un petit coktail de jus de fruits de mon invention. Carole se leva et entra dans la maison. Seule, Hermione s'allongea sur le ventre et offrit son dos au soleil.

Elle ferma les yeux. Les vacances prenaient une tournure des plus agréables. Dommage qu'elles se terminaient presque. Elle regrettait de ne pas avoir fait a connaissance de Carole dès son arrivée dans la villa. Mais ce n'était certes pas ça qui l'aurait aidé à se reposer. Allongée confortablement, la fatigue la rattrapait d'ailleurs. C'est dans un demi-sommeil qu'elle entendit les pas de Carole revenir vers elle. Et je n'ai pas de crème pour me protéger. Je crois qu'un massage m'aiderait à me réveiller.

Elle sentit la jeune française monter à genoux sur le transat pour se mettre au-dessus d'elle. Un petit filet de crème froide lui descendit le long du dos et elle frissonna à son tour.

Carole reposa le tube de crème et se mit à masser vigoureusement sa belle. A nouveau, ce fut le bas du dos qui eut droit au traitement le plus long, ce qui ne déplaisait pas du tout à Hermione.

Sans surprise, la petite anglaise sentit des doigts énergiques investir son trésor le plus précieux. Lubrifiés par la crème, d'autres s'installèrent tout aussi vigoureusement dans son petit anneau. La jeune anglaise sentait ses forces revenir mais elle n'avait toujours pas envie d'ouvrir les yeux, préférant se concentrer pleinement sur toutes les sensations qui envahissaient son corps sous les caresses conjuguées de Carole et de la nature. La française sembla vouloir un peu pimenter leur jeu et posa ses mains sur les hanches de sa partenaire pour qu'elle rehausse les hanches.

Hermione ne se fit pas prier et fit glisser ses genoux sous son ventre puis releva son petit derrière qui devait se trouver, selon ses estimations, au niveau de la poitrine de Carole. Comme elle s'y attendait, une langue vint agacer son intimité. Contrairement à tout à l'heure, elle ne se contenta pas de jouer avec l'extérieur de son trésor intime mais alla l'explorer en profondeur.

Puis Hermione sentit que son amante se redressait et elle entendit un bruit confus comme une fermeture éclair. Aussitôt après elle sentit quelque chose se presser contre son sexe Elle reprit enfin complètement conscience d'elle-même et ouvrit les yeux lorsque l'extrémité de la masculinité s'engouffra en elle. Hermione lança ses bras en arrière pour arrêter l'homme inconnu mais celui-ci devait s'attendre à cette réaction et saisit ses poignées avec agilité.

Il commença ses vas et viens vigoureux. La petite anglaise se mit à gémir sous les assauts. Elle essaya de se dégager mais il la tenait trop fermement. Et d'un autre côté, les frémissements de son corps n'étaient pas tous dû à sa lutte. Les caresses de l'homme l'avait beaucoup excitée. Elle ne pouvait nier qu'elle en désirait plus. Son ventre était une vraie boule de feu. Hermione se rendit compte que ne pas savoir qui était en train de lui faire l'amour l'excitait encore plus.

Mais sa fierté lui disait de ne pas se laisser faire pour autant. Elle essaya encore de se débattre. Cependant, tout n'est pas perdu: En effet, à l'heure actuelle, les fabricants de sex-toy ne cessent d'élargir les modèles qu'ils proposent, de manière à permettre aux couples de varier leurs habitudes sexuelles.

Parmi ces jouets, on peut citer l'amant de velours, un jouet sexuel conçu spécialement pour donner l'impression à un couple de réaliser des scénarios à trois. Si vous êtes un homme et que l'idée de partager des moments intimes avec un autre homme ne vous convient pas, ce genre de jouet peut donc faire l'affaire.

Pour pouvoir jouir parfaitement des avantages de ce genre de jouet sexuel, une bonne préparation s'impose. Le jouet est présenté en coffret avec plusieurs accessoires dont, un CD qui vous permet de simuler de manière réaliste, la présence d'un troisième partenaire. Le CD, en question, simulera la voix du partenaire absent. En plus du CD, un godemichet est également livré dans le coffret. Pensez à lire attentivement la notice pour comprendre la manière d'utiliser chaque accessoire.

La notice vous indiquera comment utiliser convenablement le godemichet. Pour faciliter l'introduction du godemichet, le coffret inclus avec les accessoires, un gel lubrifiant. Pensez à bien vous préparer, car il serait plus agréable pour votre partenaire de voir que vous êtes bien capable d'utiliser le coffret.

Veillez toutefois à ne pas faire attendre trop longtemps votre femme. A force d'attendre, elle finira par s'ennuyer. Après une bonne préparation, vous devez maintenant vous sentir à tenter le coup. Le coffret vous propose d'ailleurs 4 cartes vierges que vous pourrez envoyer à votre partenaire pendant la semaine, pour faire déjà monter la température.

Si elle vous questionne, n'hésitez pas à jouer le jeu et à lui raconter une histoire que vous aurez pu préparer, en sachant préalablement ce qu'elle pourrait apprécier. Oubliez durant le scénario que vous êtes son conjoint. Pour mettre du piment dans la relation, jouez le rôle de l'amant qu'elle souhaiterait avoir. Pendant que vous lui racontiez l'histoire, proposez à votre femme de lui bander les yeux.





Sex fille arab vidéo sexe gratuit

  • La petite anglaise continuait ses coups de langues gourmands sur l'intimité de la blonde sans broncher, donnant ainsi son accord tacite à la nouvelle idée de la fratrie. Nos conversations étaient purement amicales au départ, puis elles sont naturellement devenues plus intimes.
  • LES PLUS BEAUX SEXES FÉMININS VIDEO SEXE BEURETTE
  • Massage sexe amateur regerence sexe
  • Une pièce sexe sexe ado