22/12/2017 Cartoon animal porn porn movies 0

sexe fanfiction le sexe fre

.

Mamie sexe sexe force




sexe fanfiction le sexe fre

Hermione pris sa ml blanche tandis que les autres attaquaient au demi litre. Ils avaient tous plus ou moins joué avec elle.

Elle retira une de ses chaussures, elle se demandait qui elle allait bien exciter ce soir. Il était si impressionnant. Non si elle voulait jouer la reine il lui fallait un adversaire à sa taille… Percy était une proie facile. Elle allait le séduire et en faisant ça, elle comptait bien rendre fou de rage les autres Weasley.

Elle commença alors son manège. Elle approcha lentement sa jambe de la sienne et fit comme si leur toucher était dû au hasard. Hermione rabattit ses jambes, enfila ses chaussures et se levant peu trop brusquement. Elle avait commençait par son ventre puis elle était descendue avec une frénésie de panique feinte. Ou plutôt elle essaya. Elle secoua alors plus énergiquement sous le regard amusé des autres. Charlie tout en muscle vient à son secours tapa fort sur le cul de la bouteille et pu ainsi servir Hermione en ketchup.

Cette démonstration de force fut oublier momentanément à Hermione son objectif de charmer Percy. Elle avait en image un Charlie lui donnant une fessée. Merlin que ça pouvait être érotique des mains.

La mâchoire serrée, il dit entre ses dents:. Bien sûr, sa réplique, sa tête toute rouge, et ses larmes firent rirent toute la tablée qui reculèrent bruyamment leur chaise pour sortir. Pendant ce temps Bill et Charlie allèrent au bar pour payer la note. Une fois dans la rue Hermione revigorée par la fraîcheur de la nuit réfléchissait à une nouvelle approche.

Elle versa un peu de sel dans le creux du coude de Percy avec son accord , mordit dans un quart de citron, lécha le sel sur Percy, frappa sa tequila. Aussitôt dit, aussitôt fait: Tout le groupe y passa mais Percy fut le seul à avoir pu déguster son sel sur Hermione, les autres durent se lécher le creux du pouce. De loin Percy la regardait. Mais elle avait changé. Elle était chaude comme la braise et il avait hésité. Fred devant et Georges derrière, ils avaient commencé fort par une danse collés-serrés.

Hermione, elle, ne bougeait plus, elle laissait son corps bougeait au rythme des jumeaux. Des frissons, elle en avait partout.

Et son entrée toute chaude et humide rêvait de bien plus. Des mains grandes et fines lui pelotaient déjà les seins avec force et poigne. Il y avait trop de monde, une foule, et trop de bruits, la musique à fond. Des doigts sans crainte ni remord avaient déjà investis les lieux sous sa jupe. Il enfonça alors sans ménagement deux doigts dans cette petite chatte déjà bien trempée. Hermione avait passé le cap où on se rend compte de la teneur de nos fantasmes. Il y enfonça une première phalange, puis une deuxième.

Il fit de petits allers retours, attendant de voir si Hermione appréciait ce traitement. Hermione jouit, en public, cette fois ci. A présent plus personne ne la voyait dans la foule. Un pénis fut sorti, il était dur et fièrement dressé. Mais le pénis se pressait sur sa bouche. Elle comprit alors que cette fois les garçons ne voulaient pas rester inassouvi.

Il adorait sentir son gland tout au fond de sa gorge. Quand elle commençait vraiment à suffoquer il se retirait et laisser le temps à la jeune fille de tousser et de reprendre son souffle. Au bout de quelques minutes, les garçons éjaculèrent en même temps.

Une fois propre elle voulut sortir quand un inconnu lui barra le chemin. Sa grosse bite tendue vers elle. Elle avait peur, elle était seule. Quand il lui eut donné de quoi avoir des bleue et des coups pendant plusieurs jours, il ajouta:. Il avait évoqué le monde magique. En plus, en voyant son visage déformé par la colère, la jeune fille était certaine que la menace était sérieuse. Nous avions refait des soirées de baises intensives suite à cette dernière soirée de bizutage où Alice et Bella nous avaient rejoints.

Jasper et moi on avait eu une petite faiblesse lors d'un colloque il y a plus d'un an alors que nous avions forcés sur l'alcool et aussi parce que Jasper trouvait que mon corps nouvellement tatoué sur le bras, partant de mon pectoral jusqu'à mon poignet gauche était foutrement sexy et bandant.

Bella et moi nous nous étions fait faire des tatouages et des piercings. Bella avait un tatouage sur le flanc partant du centre de son ventre vers sa hanche jusqu'à la courbe de son sein droit, l'autre, une pluie d'étoile partant de l'arrière de son oreille jusqu'au milieu de son dos, un peu comme celui de la chanteuse Rhianna. Son merveilleux piercing sur son sexe juste en haut de son bouton de plaisir était tellement bandant.

Ma Bella sentait encore plus le sexe habiller de ses tatous. Le voir nu ce soir devant moi sa bite dure et imposante me donnait des envies de luxure. Il m'embrassa durement sans ménagement fourrant sa langue dans ma bouche collant son corps au mien. Je posai mes mains sur ses hanches et le serrai fort faisant frictionner nos deux bites tendues l'une contre l'autre. Un frisson me parcouru, les vulgarités de Jasper me faisait toujours bander plus fort, ça m'excitait.

Je me laissai tomber à genou devant cette merveilleuse érection qui palpitait juste pour moi. Je repoussai très loin dans ma tête ma relation avec ma petite Bella, je voulais vivre ce moment avec mon pote intensément parce que j'avais une putain d'envie de baiser et cette semaine avec mon pote serait sans aucun doute une semaine peuplée d'orgasme de l'enfer. Je passai sa verge dure sur mon nez avant de la lécher de tout son long du plat de ma langue. Je répétai ce mouvement avant de le prendre complètement dans ma bouche.

J'empoignai ses fesses durement et je fis des mouvements de haut en bas laissant couler ma salive pour que ma bouche puisse glisser aisément sur sa queue dure comme du béton. Jasper soupirait posant sa main sur ma tête pour me donner le rythme sauvage qu'il aimait et que j'étais capable de lui donner. J'accélérai le mouvement détendant ma gorge le faisant frapper tout au fond le plus loin possible. Je creusai mes joues suçant plus fort agrippant ses couilles pour les malaxer. Jasper donna plusieurs coup de rein buttant au fond de ma gorge et se fixa tenant ma tête se libérant en plusieurs jets chauds.

J'avalai son sperme délicieux pour ensuite lécher sa belle longueur le laissant se remettre lentement de son orgasme. Je me remis sur mes pieds et Jazz se jeta à nouveau sur ma bouche, m'embrassant avidement se goutant à travers moi.

J'ouvris les draps et montai sur le lit m'installant confortablement avec les oreillers contre la tête de lit. Je voulais le voir avaler ma queue dans sa bouche. Jasper rampa jusqu'à moi et vint prendre ma bouche à nouveau. Il embrassait tellement bien, ça me faisait bander encore plus. Il appuya son corps sur le mien frottant nos deux sexes, c'était tellement grisant de le sentir de cette façon. Il me fit un sourire sexy et descendit sa bouche sur mon corps léchant, suçant et mordillant chaque bout de peau qui se trouvait devant lui, me faisant languir.

Il me fit écarter les cuisses d'une petite tape et s'installa entre elles prenant mon sexe dans sa main l'enroulant fortement autour intimant un mouvement lent et long. Il me lécha plusieurs fois avant d'engloutir ma queue dans sa bouche chaude et humide.

Il appuya ses doigts sur l'espace entre mes couilles et mon cul me faisant gémir une nouvelle fois. Il présenta deux de ses doigts à ma bouche et je savais qu'il voulait que je les mouille. Je m'appliquai à faire à ses doigts la même chose qu'il faisait avec sa bouche sur moi. Il les retira quelques minutes plus tard et les présenta au bord de ma petite entrée faisant des cercles poussant doucement jusqu'à ce celle-ci s'ouvre d'elle-même pour accueillir les doigts magiques de mon pote.

Quelques va et viens plus tard le rythme effréné de Jasper cognant ma prostate me fit jouir rapidement tout au fond e sa gorge. Je l'embrassai doucement en passant ma main dans ses cheveux. On enfila un boxer quelques minutes après que j'aie repris mon souffle et nous sortîmes sur le petit balcon de la chambre bière à la main.

Il n'y avait eu rien de gênant avec lui cette fois. Il ne s'était pas amusé à me draguer, je détestais ça. J'appréciais que ce soit direct et sexe, pas amoureux comme avec ma copine. Et… tu ne vas pas me croire, mais elle me demande chaque semaine si on pourrait remettre ça….

C'est vrai que ma petite Bella est chaude, tellement sexe quand elle se lâche. On ne se douterait pas qu'elle a ça en elle avec son air innocent de sainte vierge. Tu sais que la dernière fois, c'était tellement intense qu'elle et moi on a vraiment eu peur de se jeter l'un sur l'autre.

C'est ta faute aussi tu as voulu la prendre dans tes bras pour la rassurer et elle croyait que tu voulais la baiser, ta bite a touché son ventre, se moqua-t-il. Je croyais que c'était Bella. Je m'en suis voulu à mort. J'aimais je n'ai senti qu'elle n'avait pas le même sang que moi qui coulait dans ses veines. J'ai toujours voulu la protéger et la consoler. Mes parents voulaient tellement un autre enfant mais ma mère faisait fausse couche par-dessus fausse couche elle était épuisée et inconsolable.

Mon père avait reçu une famille à l'urgence un soir. Leur voiture avait chuté d'une falaise, la mère avait réussi à sortir Alice de la voiture. L'homme est mort durant le transport en ambulance alors que la mère d'Alice a eu plusieurs complications suite aux multiples blessures sur son corps.

Elle est morte 3 jours après l'accident. Alice n'avait personne pour s'occuper d'elle, pas de famille, ni ami. Elle devait être envoyée dans un orphelinat. Mon père avait été incapable de les laisser l'emmener. Il avait fait toutes les démarches sans en parler avec ma mère et il était rentré avec Alice fixée sur ses hanches pour le dîner, un pansement sur le front. Ma mère s'était approchée et Alice l'avait regardé tendant instantanément les bras vers elle.

Mon père nous dit beaucoup plus tard qu'Esmée ressemblait physiquement à la mère d'Alice. Tu as failli m'émasculer quand je t'ai dit que j'étais amoureux d'elle, continua Japser, me sortant de mes pensées. On écrasa notre cigarette et nous entrâmes dans notre chambre. Jasper fila à la douche après que j'en sois sorti. J'envoyai un texto à la femme de ma vie pour lui souhaiter bonne nuit avant de me coucher sous les draps sur le ventre prenant mon oreiller dans mes bras.

Just In All Stories: Story Story Writer Forum Community. Quand le plaisir et les sensations nous possèdent, notre vie rangée et tranquille se transforme en débauche torride le temps de quelques heures. Mon cerveau ne se pouvait plus d'écrire un autre chapitre de PDS! L'avion décolle à quelle heure? Jasper me lécha longuement avant de s'installer contre moi souriant fier de son effet.

Je pouffai en allumant moi aussi une cigarette. Et… tu ne vas pas me croire, mais elle me demande chaque semaine si on pourrait remettre ça… -Chaude petite Bella… Je souris.

...

Sebastian se mit à faire des va et viens sur la verge tendu, enroulant sa langue autour de gland rougis, ses doigts massant amoureusement les bourses gonflés de son jumeau qui ne faisait plus que gémir.

Il tira soudainement sur les cheveux de Sebastien le forçant à relâcher sa friandise, mais avant qu'il n'ait le temps de protester, une pair de lèvres se posa sur les siennes tandis que des mains le déshabillaient habilement.

Ils ne tardèrent pas à se retrouver tout deux nus dans le lit, s'embrassant fougueusement. Alexandre inversa leur position pour se retrouver au dessus, sa main droite masturbant vigoureusement son frangin. Sa bouche dévia ensuite dans le cou de Sebastien tandis qu'il lui présentait trois doigts.

Son frère s'empressa d'humidifier ses doigts pendant que lui caressait son cou de sa langue. Langue qui quitta finalement son cocon pour dévier du coté de deux morceau de chair rosé qu'elle s'empressa de faire durcir. Écartant plus largement les cuisses de Sebastien, Alexandre titilla doucement son anus avant de le pénétrer de l'index.

Il y ajouta, quelques minutes plus tard un second puis un troisième. Il relâcha ensuite les tétons malmené et positionna son sexe contre l'entrée de son frère qui l'encouragea d'un gémissement rauque.

Il coulissa lentement dans l'anus qui semblait vouloir se refermer sur son sexe gorgé de sang. Alexandre se figea quand il sentit deux mains sur ses fesses. Il tourna la tête pour faire fasse au visage souriant de son père. Le voyage a été reporté parce que l'avion a eut un problème. Moi j'ai préféré rentrer et m'amuser avec vous. Alexandre reprit ses va et vient et poussa un long gémissement en sentant la verge plus que conséquente de son père entrer en lui.

Le père de famille suivit le rythme imposé par son fils, faisant de longs aller retour dans le cul bien chaud de sa progéniture qui n'en demandait que plus. Ils vinrent finalement tout les trois en même temps avant de s'effondrer sur le lit d'Alexandre. Sebastien vint s'installer entre les cuisses de son père et lécha sa semence tandis que celle de son frère coulait le long de ses cuisses. En voyant son frère à quatre patte, faisant une gâterie à son père, Alexandre sentit son pénis durcir rapidement.

Il s'installa derrière Sebastian et se fit un devoir de le faire hurler de plaisir, tandis qu'il suçait toujours aussi avidement le sexe de son père. Community General Fiction Poetry. Forum General Fiction Poetry. Story Story Writer Forum Community. Parce qu'entre père et fils, on s'entraide. Il fit d'abord de longs et lents va et viens avant, d'accélérer le rythme. Il se penche pour la récupérer. Prise d'une envie soudaine, sa soeur se penche vers lui. Leurs lèvres se rapprochent, s'effleurent.

Ils restent là, comme suspendus, pendant un long moment, leurs regards plongés l'un dans l'autre. Ginny, qui sent des picotements lui remonter le long de la colonne vertébrale et une chaleur soudaine s'épanouir dans son bas ventre, passe innocemment sa langue sur ses lèvres asséchées. Sentant le danger, elle se reprend brusquement et s'écarte de Ron avec une violence qui la surprend elle-même. Elle lui dit, sur le ton du reproche:. Coupé net dans sa rêverie, Ron qui a parfaitement saisi le sens de l'avertissement de sa soeur, se reprend également:.

Désemparés, après un silence gêné, ils reprennent une conversation qu'ils s'efforcent de maintenir à un consternant niveau de banalité. Après quelques minutes de cet exercice verbal aussi vain que pénible, Ron exhale un long soupir. Comme résigné, il se lève, puis laisse échapper, d'une voix morne:. Tu n'es pas sérieux! Pas maintenant, pas après tout ce temps, je ne veux pas te perdre une seconde fois.

Ginny se sent gagnée par une sourde excitation. Elle n'ose regarder ce grand gaillard debout devant elle, penaud, l'air si sincèrement malheureux.

Soudain, n'y tenant plus, elle se lance:. C'est ça que tu veux dire n'est-ce pas? Arrive-t-il à articuler d'un ton qui se veut calme et serein, la gorge serrée. Pour toute réponse, Ginny relève la tête. Le long regard qu'ils échangent alors les emplit tout deux d'un trouble profond. Elle s'entend dire d'une petite voix fluette:. Trop content de pouvoir se jeter sur une échappatoire, si peu crédible soit-elle, s'exclame:.

Ginny vient de retrouver ses sensations de petite fille. Elle lui lance, aussi enthousiaste qu'inconsciente:.

Ceux qu'on allait chiper dans la chambre de Fred et George quand ils n'étaient pas là? Ça on peut le faire! Elle saisit les mains de Ron et, le tirant doucement vers elle, le force à s'asseoir sur le sol recouvert de moquette. Elle s'accroupit devant lui, pose ses mains sur ses genoux et, faisant mine de fermer les yeux, attend. Intimidé, le garçon, n'arrive pas à se décider. Ron avance ses mains vers le visage de Ginny, lui "caresse" gentiment le front, tout en prenant bien soin de rester à quelques millimètres de la peau.

De la même manière, il lui prend le visage entre ses paumes et la regarde intensément. Il promène son pouce à un cheveu de ses lèvres, puis ses mains coulent le long de son cou qu'il fait mine de caresser tendrement avant d'aller se placer - presque - sur les épaules de sa soeur.

Ses yeux tombent alors sur la poitrine de Ginny qui, sous l'intensité du regard de son frère, dont elle mesure l'émoi, sent redoubler son trouble. Elle devine qu'il va maintenant approcher de ses seins.

Elle sent sa poitrine se gonfler dans l'espoir d'être caressée, ses pointes durcissent soudain, et son souffle se fait court. Lentement, les mains de Ron entourent les seins de Ginny qui les regarde avec une sorte d'avidité.

Ron fait comme s'il promenait vraiment les doigts sur la poitrine de sa soeur mais il ne la touche pas. Elle respire de plus en plus fort et, à chaque inspiration, rapproche d'avantage ses seins des mains de son frère. Et soudain, le contact a lieu. Ron se laisse aller en arrière et prend appui sur ses bras. Ginny se redresse, s'incline vers son frère et approche ses mains du sexe qui gonfle son pantalon.

Elle fait un mouvement de va et vient à quelques millimètres à peine de la bosse en lançant à son frère un sourire conquérant. Puis, elle se place juste devant lui, tout près, et dispose ses mains de part et d'autre de ses seins afin de les faire saillir. Elle les lui place sous le nez tout en leur imprimant un mouvement de gauche à droite et vice versa. Ils se mettent à rire, d'un rire tendu, qui ne suffit pas à alléger la tension ambiante.

Avalant sa salive, il reprend:. On dit quelque chose qu'on voudrait que l'autre fasse et il ne se passe rien tant qu'on ne confirme pas par "fais-le". On n'a pas le droit de bouger et on n'a le droit de dire "fais-le! À moi de commencer, cette fois. Je voudrais que tu m'embrasses sur la bouche. Et elle achève avec une voix tremblante d'émotion: Ginny s'échauffe soudain et, le souffle court, haletant, la voix rauque, elle lui lance sur un ton farouche:.

Lentement, d'une voix sourde et insistante, se prenant au jeu, Ron reprend, faisant bien siffler les "s":. Je voudrais caresser tes cuisses, sucer ton sexe, lécher tes seins. Ron se débarrasse de son pantalon et sort de son boxer une verge qui a pris des proportions intéressantes.

Il se lève, vient se placer devant Ginny et, très troublé, présente son phallus tout gonflé de désir devant sa bouche. Elle se met à genoux en face de son frère et s'assoit sur ses talons. Ses mains reposant sur ses cuisses, Ginny considère, avec un sourire gourmand, le membre brandi, juste hors de portée, qui semble respirer et palpiter, se mouvant tel un cobra hypnotisant sa proie.

Elle se passe lentement la langue sur les lèvres. Elle penche légèrement le buste en avant, ouvre soudain la bouche en grand et fait mine d'engloutir le sexe tendu. Elle mime parfaitement une série de petits coups de langue très sensuels le long de la hampe et sur le bout du gland. Un léger ronronnement de satisfactions se fait entendre. La posture adoptée par sa soeur, offre à Ron une vue imprenable sur sa chute de reins.

Il la voit commencer à lever les bras. Sa respiration se bloque dans sa gorge. Tout son être attend avec anxiété et impatience de voir ce qu'elle va faire. Elle se saisit des cheveux qui commençait à lui tomber de chaque côté du visage et, dans un mouvement pour le moins sensuel, les remontes sur sa nuque en une queue de cheval.

Elle maintient ses cheveux à deux mains. La position la fait encore plus se cambrer et ressortir sa poitrine. Son pantalon baille légèrement, laissant voir la naissance de ses fesses. Gênée et un peu confuse, Ginny se retourne, baisse son pantalon et sa petite culotte de dentelle noire et se penche en avant, offrant son joli séant au regard affolé de son frère.

Ron se rapproche des deux fesses rebondies. Il renifle avidement l'odeur forte que dégage le sexe à présent ruisselant de Ginny. N'y tenant plus, il plaque ses mains sur les fesses frémissantes de sa soeur qui fait volte-face et le repousse. Elle se rhabille, reprend son souffle et marque une pause. Puis, avec un sourire carnassier, elle lui propose:. Elle s'approche de Ron, feint de venir souffler de l'air chaud dans son cou, puis, avec un sourire moqueur, un rien sadique, elle descend et plaque ses lèvres sur son sexe.

Elle envoie une bonne goulée d'air chaud à travers l'étoffe distendue de son boxer. Ginny pose ses mains sur le torse de son frère et le force se pencher en arrière. Il se retrouve presque allongé sur la moquette, le buste relevé, soutenu par ses bras. A genoux entre ses jambes, le dos cambré et les fesses bien en l'air, elle reprend sa respiration, place sa bouche sur les testicules de Ron puis souffle de toutes ses forces.

Elle se redresse, l'air interrogateur. Elle lève les yeux vers la pendule adossée à l'un des murs du salon et dit:. Je nous ai réservé une table "A la Chatte Hurlante". Sur ces mots, Ginny se met sur ses pieds et se dirige vers sa chambre. Elle saisit la poignée de la porte faite avec le crochet d'un basilic, entre et referme soigneusement derrière elle. Ron est toujours assis par terre, le regard dans le vague, encore sous le coup de toutes les émotions qui l'ont assaillies ces dernières heures.

Il finit par retrouver la station debout à son tour. Récupérant sa baguette, il se lance un sortilège de nettoyage rapide et entreprend de se rhabiller. Une fois fait, il se réinstalle dans le canapé en attendant sa soeur. Son excitation retombant doucement, Ron commence s'interroger sur leur comportement et plus particulièrement celui de sa soeur. Il ne la connaissait pas si joueuse. Et puis, qu'est-ce qui leur avait pris de faire ça? Interrompant ses réflexions, Ginny ressort de sa chambre dans une superbe robe chinoise verte, sur laquelle serpentent des arabesques argentées.

Just In All Stories: Story Story Writer Forum Community. Ginny retrouve son frère Ron après une longue séparation. Que vont ils se raconter?

Je n'y croyais plus!








Cours de sexe sexe tube porno